• Et voilà, nous y voilà ! Le Chapitre Final de The Past est devant vous, prêt à se faire dévorer.

     

    A la surprise générale, Rain se tenait là, debout, derrière Morgarath. Il semblait droit, et dégageait une puissance hors-du-commun, à en voire son attitude. Le Tsukuyomi borgne maintenait fortement la lame obscure qu’il tenait dans la main. Celui-ci ne dégageait rien d’ordinaire, comme possédé par une force maléfique qui ne demandait qu'à se déchaîner.

     

    « Comment as-tu…

    - Alors…Si nous reprenions ?

    - Mais tu n’as plus de sabre…Tu vas t’y prendre comment ? Ugh ! »

     

    La question posée, la réponse apparut. Rain était déjà en train de forcer la garde du Seigneur, faible car ce dernier était pris par la surprise. La Rose Noire se détacha de son propriétaire, qui eut, pour l’occasion, une violente écorchure sur le torse, rapidement comblée par le sang.

     

    « Mais que…

    - C’est ça que tu cherchais ?

    - C’est…

    - Hé oui…C’est la Lame Maudite. End.

    - Impossible ! Comment as-tu pu la récupérer ? Même moi j’en étais incapable !

    - Le destin m’a choisi.

    - Ca ne peut être qu’une copie…Impossible !

    - Alors tu m’expliqueras ces cicatrices ? Ce sont les séquelles de mon combat contre End, avant que je ne vienne te combattre…Et regarde par toi-même les créatures de dehors.

    - Mais ce sont…C’est strictement impossible ! Comment les Chinmères t’obéiraient-elles ?

    - Oh…Va savoir…Peut-être parce que j’ai battu End…Ce sabre en est la preuve.

    - Alors comme ça tu es devenu le Roi des Dieux Démoniaques ? Très bien…

    - Ben disons que ça fait cinq chapitres je crois… »

     

                   Puis, Rain se lança à l’attaque, conscient que parler de ça n’avancerait à rien. Désormais Morgarath savait à qui il avait affaire : le fils de Seth était le Roi des Dieux Démoniaques, celui qui a vaincu End et récupéré sa Lame Maudite scellée. Et il avait l’intention de garder le meilleur pour la fin. Morgarath se releva avec peine, sur un coup de chance, et continua à se poser sur une stratégie défensive, ne pouvant rien faire d’autre. Le Roi continua ses assauts sans relâches, aussi simples soient-ils.  Le Seigneur, lui, peinait à suivre le rythme des mouvements, devenu bien plus soutenu, tout en conservant une puissance égale, voire supérieure qui se ressentait lors de leur précédent combat. Et tandis que Rain prenait l’avantage, une grande secousse se fit entendre. Le vaisseau commençait à chanceler.

     

    « Mais qu’est-ce que… ?

    - Ha…Il a enfin réussi…Alexander.

    - Celui-là…Qu’est-ce qu’il fait ici ?

    - Il a simplement décidé de m’aider. Il semble que ton armée soit moins résistante que prévu, n’est-ce pas ? De toute façon…Il va falloir finir ce combat. Reiko ! Emmène Ashcroft et Lilith, ainsi que Kiryu ! Dépêche-toi !

    - Mais…On ne va pas te laisser tout seul !

    - Je m’en fiche ! J’ai dit que pour accomplir ma mission j’irais jusqu’à abandonner ma vie, alors dépêchez-vous !

    - Rain…Non…

    - Lilith, pars. Ca vaut aussi pour toi. »

     

                   Pendant le chancèlement du vaisseau, le groupe de Reiko prit la fuite tant bien que mal. Par chance, Rain avait tué tout l’équipage en quelques centaines de coups de sabre. Fubuki les rejoignit pendant que Morgarath avait le dos tourné, puis les accompagna jusqu’au vaisseau, où ils prirent le large. Une fois mis à l’écart, le décor était digne d’un tableau : la capitale était totalement ravagée, quelques rares immeubles se tenaient là, à la manière de la tour de Pise, les abîmes formaient un véritable assemblage de vaisseaux capillaires tant ils étaient nombreux et grands. Les deux fronts étaient parfaitement distinguables : le front des Chinmères et des humains, mobilisés par Alexander Tsukuyomi, l’autre par Morgarath, peuplé par les androïdes et autres créatures artificielles telles que les Advents évolués.  Le sang s’était collé au sol, marqué par d’innombrables traces de chaussures et par des cadavres qui avaient la mainmise de cette terre dévastée par les puissances qui se confrontaient depuis des heures. Le moral d’aucun des deux camps n’avait baissé, tous continuaient à se battre avec acharnement, subordonnées par les dirigeants des armées. Tous étaient d’excellents stratèges et se contraient mutuellement, toujours en réservant des surprises.

                   Alexander devenait cependant épuisé de commander de telles troupes à lui seul. Celles-ci avaient également du mal à tenir en place, malgré leur volonté de fer. Ils étaient humains avant tout et leurs corps comme leurs âmes avaient des limites. Mais les Chinmères, elles, ne l’entendaient pas de cette oreille. Créatures du Roi des Dieux Démoniaques, elles avaient un pouvoir incommensurable que même leur instinct de survie et leur force sauvage ne mettaient pas en pratique. Mais depuis quelques minutes, elles semblaient avoir gagné en puissance et commençaient, à elles seules, à repousser les lignes ennemies. Une ou deux étaient même parvenues à se propulser jusqu’au vaisseau pour tenter d’occasionner quelques dommages, ce qui provoqua, malgré un sacrifice, le chancèlement du cuirassé.

                   Reiko, en voyant la scène, devina ce qui se passait sous ses yeux. Le retour en force de Rain avait provoqué chez les bêtes démoniaques l’éveil de leurs capacités. Alors que celles-ci allaient bientôt succomber sous les armes et les pouvoirs des Advents évolués, elles reprirent systématiquement l’avantage en les tuant sans la moindre pitié avec une facilité presque étrange. C’était sans doute dû au fait que le fils de Seth était devenu ce Roi, et il avait acquis assez de puissance pour réaliser ses rêves et avoir une chance de voir ses espoirs se concrétiser. Il avait placé sa confiance en les serviteurs d’End. Et ceux-ci effectuaient le carnage espéré, en détruisant tout ce qui se trouvait sur leur passage de bête. Alexander en était réconforté, il avait retrouvé l’énergie nécessaire pour mener à bien et jusqu’au bout cette bataille décisive. Mais ce qui déterminera vraiment le vainqueur, ce sera sans doute le combat entre Morgarath et Rain.

     

                   Les coups de sabre continuaient à pleuvoir comme des gouttes, à la même fréquence que celles qui se fracassaient dehors, contre un sol ratatiné par la mort. Rain s’amusait presque d’un tel combat, il enchaînait les coups de sabre à la même vitesse que s’il pianotait sur un clavier. En si peu de temps, il avait repris l’avantage qu’il lui avait été volé. End partageait les émotions de son successeur à travers son sabre, et les deux ne firent bientôt plus qu’un. Le sabre était le manieur et le bretteur était le sabre. Un état de concentration total avait envahi Rain, il ne pensait plus qu’à vaincre, bientôt, il ne souciait plus de ce qui se passait autour de lui, il ignorait désormais l’état de danger dans lequel lui et son adversaire était, soit celui de mourir dans l’écrasement du cuirassé géant. Chaque coup d’épée lui donnait la conviction de sa victoire et de l’accomplissement de sa destinée. Il sentait son futur s’approcher de seconde en seconde, par l’illusion de sa future victoire. Mais plus que jamais, il voulait tuer Morgarath, le faire souffrir autant qu’il a fait souffrir le monde. Mais jamais il ne serait prêt à se rendre, le Seigneur savait que ce serait contraire à ses propres principes. Tout ce chemin, il savait que cela le mènerait à cet instant. En partie inconsciemment, il savait qu’un jour, quelqu’un se dresserait devant lui. Ce jour était venu.

                   Morgarath croula sous les techniques améliorées de Rain. Il n’était pas nécessaire de lui rappeler que le fils de Seth était un véritable génie en ce qui concernait les techniques Moon Slayer. La connaissance même de la base à proprement parler lui avait ouvert l’accès à un vaste panel de mouvements plus variés les uns que les autres. Il était l’heure de mettre en pratique toutes ces techniques. Rain donna un coup vertical de bas en haut afin de désarmer son adversaire sous un certain angle, puis il enfonça son épée tout droit dans le ventre de son ennemi. Mais l’effet était tout autre. Ou pire. De petites lames tranchantes jaillissaient du corps et transperçaient Morgarath dans de multiples endroits, avant de disparaître. Le Seigneur criait de douleur, mais cela ne durait pas plus que cinq minutes, le temps de reprendre son épée, sur laquelle il se reposait.

                   L’ancien maître de Rain se jeta sur ce dernier afin de se venger, en combat direct. Le Roi des Dieux Démoniaques sentait bien que quelque chose commençait à changer chez son ennemi juré. Il n’aurait pas été capable de suivre le combat à une telle vitesse, même si sa puissance est devenue plus élevée que celle de son père. Quelque chose le poussait à donner des coups toujours plus violents, comme s’il ignorait les limites de son propre corps, on aurait presque dit que le destin lui ordonnait de lui offrir un spectacle digne de ce nom, gravé dans l’Histoire. Ses agissements montraient bien à quel point Morgarath pouvait se montrer déterminé. Il n’y avait pas que Rain qui avait envie de se lancer dans un tel combat, et il était également loin d’être le seul à avoir envie de le gagner, ce qu’il s’efforça de faire sentir à travers ces interminables échanges entre les Lames choisies par le destin, ces Lames de la Lune qui étaient finalement les arcanes du futur, forgées pour graver l’histoire du Clan maudit dans l’esprit de l’humanité.

                   Morgarath recula puis esquiva le coup que Rain tenta de lui donner, en roulant sur le côté, et fit un saut en arrière. Enfin, il leva la main et une boule concentrée d’énergie maléfique vint prendre forme dans le creux de celle-ci. Elle avait un diamètre égal à celui d’un ballon de basket et à l’intérieur d’affrontaient des éclairs blancs, cherchant à tout prix une collision. Le fils de Seth reconnut cette technique. La Crisis Ball. Mais au lieu de la lancer, Morgarath fonça à vive allure, en ligne droite, vers Rain. Celui-ci comprit le mouvement et décida de fabriquer sa propre Crisis Ball, qui était exactement l’inverse de la technique employée par son adversaire. Sa boule était blanche aux éclairs noirs, comme si la lumière de l’espoir s’était concentrée en un unique point. Le Tsukuyomi borgne fonça lui aussi avec une extrême rapidité.

                   Les deux orbes lunaires entrèrent alors en collision. Leur contact dégagea une vague de vent auxquels eux seuls parvenaient à résister. Les éclairs se foudroyaient et s’entrechoquèrent à plusieurs reprises, et leurs mouvements étaient similaires à ceux d’une tentacule. Chacun d’entre eux forçait pour prendre le contrôle, accentuant alors les impacts des étincelles. Les fracas étaient dignes de déclencher des séismes, dont l’origine se trouvait à l’épicentre de la bataille, tant les collisions étaient puissantes. Une telle énergie était capable d’anéantir ce que l’on pouvait si elle n’était pas correctement maîtrisée. Enfin, les deux concentrés d’énergie lunaire déchaînèrent leur puissance et toute la pièce fut obscurcie par une explosion de lumière. Quand tout redevint visible, Rain se tenait sur un genou, essoufflé. En face de lui, un corps en lambeaux, recouvert de sang. En lambeaux, mais vivant.

     

    « Alors voilà…Ce pouvoir…Que je convoitais…Très bien…Rain. Très bien même…

    - Il a survécu…

    - Il est temps que je te montre quelque chose d’intéressant…Observe le pouvoir de la chrysalide daodane, fabriquée à partir du sang d’un Tsukuyomi ! »

     

                   Morgarath se releva, et ses innombrables plaies commençaient à cicatriser. Plus inquiétant encore, son corps mutait. Il enleva ce qui restait cape, et Rain découvrit alors la véritable apparence du Seigneur : il avait un corps simple mais musclé, cicatrisé par la Crisis Ball. Ses deux yeux étaient devenus bleu clair. Son corps accentua ses formes, renforçant la masse musculaire de Morgarath. Des veines apparurent et des sortes de cornes apparaissaient sur ses avant-bras. Ses cheveux étaient longs, raides et attachés, et de couleur indigo. Des mèches lui tombaient devant le visage mais sans le gêner.

     

    « J’ai compris…Tu as cristallisé ton propre sang, trop faible après ta défaite contre mon père, et demandé à un chercheur de t’implanter ça pour pouvoir continuer à vivre, c’est ça ? Et la véritable raison de ces Lames était de te retrouver un corps parfait, permettant de retrouver tes pleins pouvoirs. C’était le secret qui se cachait sous ton corps, pas vrai ?

    - Tu es vraiment remarquable…Mais ces qualités ne te serviront plus pour longtemps ! Si je te bats, j’obtiendrai End et tout prendra fin ! »

     

                   Morgarath reprit sa Lame de la Lune, Rose Noire, et se remit sur pied. L’homme aux cheveux rouges et au regard de rubis en fit de même. A peine avait-il eu le temps de se rétablir que le Seigneur, renforcé, revint à la charge. Il commença son assaut par un coup bas, avant de prendre Rain à revers par un saut suivi d’un coup vertical. Ce dernier avait vu le coup venir et stoppa net l’attaque de Morgarath. End scintilla et d’un mouvement, son contrôleur propulsa le contrôleur de la Rose Noire dans le sol. L’ancien maître de Rain se releva et entama à nouveau les hostilités. La tension entre les deux combattants était si forte qu’elle vous étouffait. La vie et la mort s’affrontaient sans relâche. Le bonheur et le malheur se faisaient face depuis la nuit des temps et ces deux personnages avaient été choisis par le destin pour sceller l’issue de ce combat pour l’éternité. Deux bretteurs du même clan maudit par le destin se tenaient tête et étaient destinés à se retrouver. A l’instant même, il n’y avait plus de futur. Le présent était figé. Les démons de la destruction s’étaient réincarnés pour leur plus grand plaisir, leur soif insatiable de destruction les avait menés là. Manipulant le temps et l’espace pour s’entretuer, ce combat semblait éternel. Mais le Roi de ces démons en avait plus qu’assez de ce petit jeu.

                   Sa soif de mort montait à vive allure et sa volonté de combattre ne cessait de s’accroître. Quelque chose lui ordonnait de l’exécuter et de le plonger dans les pires souffrances qui soient. Il devait payer, il devait payer pour la souffrance qu’il avait causée. C’en était insupportable et bientôt il succomba à la folie. Sa peau s’obscurcit et sa musculature, à son tour, se renforça. Ses mains se terminaient sur des griffes acérées que personne n’aimerait rencontrer et ses crocs étaient ceux d’une bête enragée qui les avait, par un quelconque moyen, aiguisés pour l’occasion. Le parfum du sang lui montait à la tête et bientôt, dans son œil obscur entouré par un rubis au teint de sang, on ne pouvait bientôt plus distinguer la moindre de ses expressions.

                   Morgarath contempla cette transformation, la transformation du Roi des Dieux Démoniaques. C’était le spécimen le plus puissant que le Clan Tsukuyomi attendait depuis la nuit des temps, attendant la réalisation d’une prophétie. L’âme sauvage de Rain s’était désormais éveillée et s’il voulait avoir l’immense privilège d’utiliser à son tour un tel pouvoir, il devait surmonter les légendes qui couraient, plus morbides les unes que les autres. Quand Morgarath tenta de porter un coup à cette créature, celle-ci riposta d’un simple mais dévastateur coup de sabre, qui traversa la Rose Noire et atteignit directement Morgarath. En fait, End ne l’avait pas traversée, sa sœur aînée, il était simplement trop rapide. Le coup était d’une vélocité sans égale, telle qu’il était impossible d’en discerner le trajet, ce qui donnait l’illusion de traverser un objet. A peine le sombre seigneur avait-il eu le temps de découvrir son écorchure que le Roi lui avait déjà agrippé la tête pour l’enfoncer violemment contre le sol à plusieurs reprises. Il en profitait également pour lui écraser les bras et les jambes dans des conditions atroces de torture. Mais la chrysalide faisait toujours son effet, excepté pour la blessure infligée il y a peu.

                   Le calvaire de Morgarath continua pendant cinq minutes, le temps de réaliser la souffrance endurée pendant ces vingt dernières années de terreur. Quand il essayait de lui porter un coup, ça se retournait contre lui. Rain n’avait plus du tout envie de rire, excepté du spectacle qui se produisait sous ses yeux : il utilisait désormais à son avantage le Moon Slayer, cette technique antique qui consistait à manipuler le temps et l’espace afin d’accroître sa vitesse, à en devenir invisible. Morgarath devenait un simple moucheron comparé à l’immensité des pouvoirs du Roi des Dieux Démoniaques. A son tour, la douleur devenait insupportable, tant qu’il était prêt à y céder. Mais en rien ce n’était pour mourir. Il voulait avoir plus mal, toujours plus mal, une douleur si effroyable et inimaginable qu’elle lui permettrait de devenir plus puissant.

                   Et il arriva à la limite, qu’il avait franchie en subissant un coup en trop. Quand Morgarath avait décidé que le moment était venu, il était incapable de bouger davantage. Rain l’empoigna une nouvelle fois par ses cheveux et alors qu’il s’apprêtait à mettre fin à vingt ans de cauchemar, le cuirassé s’écrasa enfin.

                   Un nouvel élément s’ajouta dans le décor, celui des ruines du Scavenger qu’avait mis au point Morgarath, sa flotte elle-même s’était écrasée. Dès lors, les armées ennemies étaient vaincues. Les Chinmères étaient les seules créatures encore debout, tous les Advents évolués étaient vaincus, déchiquetés en des milliers de bouts de chair et de chrysalide liquide. Les créatures d’End avaient surmonté le pouvoir de ces cristaux de sang, permettant une régénération plus poussée et une mutation du corps, leur donnant des capacités jamais atteintes par de vulgaires spécimens. Alexander se tenait là, lui aussi épuisé : il avait dû lui aussi sortir les armes, et autour de lui se trouvaient des dizaines d’Advents normaux, fraîchement crées quand Ashcroft a lancé son appel à la rébellion.

                   Mais tous étaient hors de portée, Alexander comme les Chinmères, les Chinmères comme Reiko et les autres. C’est alors que quelque chose, ou plutôt quelqu’un lévita dans le ciel, comme s’il était crucifié. Les yeux de Morgarath devenaient le blanc absolu. Sa carrure ne changea pas, déjà modifiée par la chrysalide daodane. Sa peau devenait plus noire, parcourue par des veines blanchies. Les mêmes ongles que ceux de Rain s’étaient installés sur ses doigts. Ses dents étaient pointues et reflétaient la bestialité qui s’était emparée de son âme, qui voulait survivre pour assister à un spectacle de désolation.

                   Morgarath, ayant repris connaissance, attira sa Lame de la Lune dans la paume de sa main. De son altitude, il exécuta toute une série de Divide les plus dévastateurs les uns des autres, tout en s’esclaffant, pris par l’insanité. Mais le fait de manier ça dans les airs requiert une technique cent fois plus aiguisée, à cause de l’absence de fracas. Le Divide prit la forme d’un rayon de lumière noire, amplifié par la répétition de la technique. Le jet se dirigea vers le Roi à une vitesse telle qu’il n’avait pas beaucoup de temps pour trouver une solution. Il décida au dernier moment d’encaisser la technique. Enfin, quand la technique prit fin, Morgarath fonça sur Rain et le fracas qui en résulta fut d’une violence sourde. Les nuages avaient envahi le ciel et l’orage s’était déjà levé, et même du pied gauche. La pluie était incessante et l’impact des gouttes était de plus en plus bruyant, qui se mélangeaient avec la mare de sang, résultat de la bataille, et qui nettoyaient en partie les blessures subies par les deux combattants.

                   Tous deux avaient un sourire démoniaque aux lèvres, s’ils le pouvaient, ils s’esclafferaient devant une telle violence. Plus le combat gagnait en intensité, plus les démons intérieurs semblaient se satisfaire peu à peu de leur gourmandise incessante, et plus la sauvagerie les habitait. Personne ne pouvait prédire qui gagnerait ce combat des dieux, ou plutôt des démons. L’on pouvait percevoir entre les bruits des gouttes qui pianotaient le sol le son des frottements entre les deux Lames de la Lune. Personne ne cédait, et si la moindre erreur venait à se faire connaître, ce serait la fin pour celui qui aura eu la bêtise de la faire.

                   Une ultime fois, Morgarath tenta de faire crouler son ennemi juré sous les coups de sa Rose Noire. Ce dernier se défendait avec facilité, jusqu’à ce qu’il se fasse prendre à revers par un double-piège. Il perdit automatiquement le rythme des coups et le tranchant du sabre le rencontra plus d’une dizaine de fois. C’est alors qu’un cri survint en écho.

     

    « Rain ! Cria une jeune demoiselle à la faux. Relève-toi ! S’il-te-plaît !

    - Cette voix…

    - Rain ! Tu m’as promis un futur parfait ! Il est temps de tenir ta promesse ! Finis-en ! Je te tuerai après.

    - Lilith…T’étais pas censée être de son côté toi ?

    - Comment il casse toute l’ambiance…Espèce d’idiot ! Dépêche-toi de le battre !

    - Rain ! Montre à ton père que tu es digne de sa confiance ! Continua Reiko. Ne fais pas en sorte que sa mort soit veine !

    - Reiko…

    - Rain, je t’ai choisi comme successeur. Ne me déçois pas. Honore ton titre de Roi des Dieux Démoniaques et surmonte ce stade !

    - End…Mais…

    - Rain ! Tu es mon meilleur ami alors je te somme de gagner ! Tu es l’Elu de la Lune, celui choisi par le destin pour sceller celui de la planète ! Montre-moi ce monde habité par l’amitié !

    - Ashcroft…Mes amis…reprit Rain, en reprenant connaissance. »

     

                   Rain avait quitté son état de Dieu Démoniaque. Il était revenu à la raison. Il se releva et para à l’aide d’une seule main l’assaut final de son ennemi juré.

     

    « Morgarath. Tout s’achève ici et maintenant. Je vais te montrer…Ma vision de l’avenir ! »

     

                   Et comme s’il s’agissait d’un miracle, l’œil pourtant hors d’usage grâce à Morgarath s’ouvrit. Lui non plus n’avait plus la même couleur. Les couleurs d’un œil classique s’étaient inversés : le blanc était noir, et le noir était blanc. End scintilla plus fort que jamais et Rain serra l’épée maudite dans sa main droite. Il sentait qu’il allait gagner. Mais le Seigneur ne l’entendait pas de cette oreille, loin de là. Oui, très loin de là. Il reprit sa position dans les cieux et déclara que ce fut le round final. Rain lui répondit avec un air de défi mais tout aussi déterminé. Il cogna son épée contre le sol et recula. Le Tsukuyomi démon, lui, prépara une ultime fois sa Crisis Ball. Elle était si grande et si puissante qu’il fallut intégrer les pouvoirs contenus dans la Rose Noire, elle-même contenant la Kusanagi et Moonlight, afin de lui offrir une surcharge de puissance. Elle formait un véritable soleil miniature, de par son énergie lunaire époustouflante. Elle était plus noire qu’elle ne l’avait jamais été, parcourue par des centaines d’éclairs blancs qui se focalisaient eux-mêmes sur une petite boule blanche. Une fois crée, il la relâcha, lui-même enveloppé par le pouvoir chaotique de la technique.

                   Et Rain prit tout l’élan qui lui était possible de prendre, avant de courir sur l’épave du cuirassé et de prendre son envol, l’arme à la main. C’était le moment ultime. Morgarath, le Seigneur Tsukuyomi déchu ? Ou Rain, le Roi des Dieux Démons ? Tout allait se jouer sur les prochaines secondes.

     

    « Technique secrète Moon Slayer…Contrôle du Chaos ! 

    - Quoi… ?! Non ! Mais…Si tu meurs…

    - Eh si Morgarath…Je vais t’emmener avec moi…Je prends le risque de me faire engloutir par l’énergie de l’Origine, mais si c’est pour accomplir ma mission…Il n’y a aucun souci.

    - Rain !

    - Oh pas question ! Crisis Ball, vas-y ! »

     

                   Et les deux techniques, l’une étant la haine et la destruction à l’état pure concentrées dans une orbe gigantesque qui contenait même son créateur, l’autre la force de l’espoir et la foi en l’avenir, incarnées en un être humain, qui risquait sa vie. Avant la collision, un flash de lumière survint dans l’esprit de Rain.

     

    « Nine…

    - Papa ?

    - Rain…Je suis fier de toi. Bats-le.

    - Oui, père…Je suis Tsukuyomi Rain, le Roi des Dieux Démoniaques venu du futur pour accomplir ma véritable destinée ! »

     

                   Et les deux techniques se heurtèrent, laissant place à un flash immense de lumière, qui dégageait, tel un miracle, le ciel. La Rose Noire, la Kusanagi, la Moonlight et End se plantèrent dans le sol.

     

     

     

    Millenium, le 31 Décembre 2012. Un an suivit les évènements de Morgarath et de la venue de Tsukuyomi Rain en l’an 2011. Tous les dégâts infligés par cette horrible guerre furent réparés, et le monde connait alors la paix à laquelle le héros de l’Histoire avait toujours aspiré. Tsukuyomi Rain, aussi connu sous le nom de Nine Night.

                   Ce fut un jour ensoleillé, comme à l’accoutumée, qui s’offrait à Lilith. Elle ouvrit les volets de sa chambre et observa l’horizon bleuté, reflété sur un magnifique océan. Difficile à imaginer que cet horizon fut le théâtre d’un immense désastre engendré par les troupes hybrides de Morgarath. A peine fut-elle correctement habillé que son téléphone sonna.

     

    « Allô ?

    - Ah, Lilith, je ne te réveille pas ?

    - Oh, pas du tout Reiko. Je me suis déjà levée.

    - Tant mieux.

    - Comment va Ashcroft ?

    - Oh il se porte pour le mieux, il dort encore. Si tu savais comment il est adorable quand il ronronne comme un petit chat.

    - Sans doute.

    - Je suppose que tu viens ce soir ? Une fête est organisée.

    - Bien sûr, ça tient toujours.

    - Alors on se retrouve ce soir ?

    - Oui. »

     

                   Puis elle raccrocha. Cette journée semblait se passer comme dans l’un de ses rêves, ces rêves où un jeune homme aux cheveux teintés par le sang était à ses côtés. Celui-ci lui avait déjà conté son rêve il y a fort longtemps. Depuis, elle le partage de temps à autres. Elle monta sur le toit de sa maison et observa l’immense ville de Millenium, qui s’offrait à elle. Elle s’était vraiment bien rétablie en un an. Les progrès technologiques y ont fortement contribué, surtout depuis qu’on a étudié les systèmes du Scavenger. Elle avait retrouvé sa gloire d’antan, si Millenium n’était pas devenue plus resplendissante encore. Lilith leva la tête au ciel et repensa à tout ce qui s’est passé l’année passée. Elle ne pouvait que pousser un soupir d’ennui et de tristesse. Elle avait pris l’habitude de ne plus le montrer, mais celui qu’elle avait connu comme étant Nine lui manquait plus que tout au monde.

                   Sa journée fut entièrement banale. Elle passa voir Reiko et Ashcroft, qui visiblement semblaient encore secoués de la nuit qu’ils avaient passée ensemble. Elle retourna sur ses pas et au coucher du soleil, elle se prépara enfin pour la fête, dans son armoire étaient rangés divers accoutrements pour ce genre d'évènement.

                   La nuit était divine et l’odeur du sable en situation nocturne berçait tous les fêtards. Il y avait bien des stands, qui proposaient du tir à la carabine, de la chasse aux canards avec une canne, des auto-tamponneuses, et bien d’autres choses que l’on pouvait trouver dans une fête classique. Lilith avait ressorti ses bons vieux vêtements, magnifiques : elle portait une robe, ou plutôt deux, comme on en trouve peu, qui recouvrait tout le corps : la première "robe" était de couleur noire, et était plutôt ouverte qui allait recouvrir la seconde robe jusqu'à la poitrine, laissant ainsi place à celle-ci, qui elle contrastait avec la couleur de la première, qui était par conséquent blanche. Rien de particulier à décrire, si ce n'est qu'elle recouvrait le restant de son magnifique buste. La partie "basse" de la robe était bien plus courte que la première, laissant à découvert une paire de divines jambes, recouvertes entièrement par des bas noirs qui se terminaient merveilleusement bien sur des ballerines de même couleur. Ses formes étaient parfaites, ses bras étaient ni minces, ni larges, en somme, tout était parfait. Ceux-ci étaient gantés de blanc.

                   Elle retrouva plus tard Ashcroft et Reiko, main dans la main, en train de parcourir les stands. Ils rigolaient sur tant de choses, de ci de là, et les deux demoiselles n’hésitaient pas à taquiner Ashcroft quant à certaines de ses manières. Lilith souriait, mais au fond elle savait qu’elle n’aurait jamais accès à un tel bonheur. Son sang ne fit qu’un tour quand elle vit l’ex-Advent et une amie du défunt Seth s’embrasser. Elle s’excusa poliment et partit sur la côte, une plage, sans se douter que les deux tourtereaux la suivaient.

                   Lilith regarda l’obscure plage. Quand elle l'atteignit, elle crut apercevoir une ombre, qui se fondait dans les ténèbres. Une fois seule, la demoiselle avait le regard vide : elle ne pouvait s'empêcher de se remémorer le rêve qu’elle avait fait : elle voyait Rain l’accompagner et lui tenir la main, et s’abandonner au monde des rêves…Sauf que le hic c’est qu’elle y était déjà. Elle n’avait gardé qu’un baiser en guise de souvenir, du temps de son vivant.

     

    « Rain…Ca fait un an…J’aurais tant voulu que tu sois en vie…Et pourtant tu m’avais prévenue…Tu devais peut-être te sacrifier pour la bonne cause…Et…Je me retrouve toute seule…Moi qui ai pourtant essayé de t’ôter la vie… »

     

    Ashcroft et Reiko observaient la scène avec peine, et comprenait désormais ce qui hantait la jeune demoiselle depuis douze mois. Malheureusement ils ne pouvaient rien faire. Si ce n’était qu’entendre ses larmes, et des bruits de pas qui se fondaient dans le sable. Comment ça, des bruits de pas ? Une ombre s’approcha de Lilith et s’immobilisa derrière elle. Ashcroft reconnut immédiatement cette silhouette et tandis que Reiko s’apprêtait à hurler, il l’embrassa pour qu’elle garde son calme.

     

    « Lilith… ?

    - Eh voilà, j’entends sa voix maintenant…

    - Lilith ? C’est toi ?

    - Hum… ? »

     

                   Elle se retourna, pensant que quelqu’un lui avait fait une mauvaise blague, et son sang ne fit qu’un tour. Devant elle, un grand jeune homme aux cheveux rouges raides, attachés pour l’esthétique. Ses yeux étaient violets et l’un était parcouru par une cicatrice. Son visage était parfait, ni appauvri, ni légèrement enrobé. Il était quelque peu musclé mais sans que cela ne se voie ; sa ligne était absolument parfaite. Il était affublé d’un manteau noir qu’on pourrait comparer à une armure, accoutrement qui rappelait fort les Advents de l’époque. D’un sourire, il s’adressa à elle :

     

    « Salut, Lilith.

    - Rain…balbutia-t-elle en pleurant. »

     

                   Elle se retourna et le dénommé Rain ne bougea pas d’un seul pouce, la fixant inlassablement avec un air de tendresse. Pleurant, elle se jeta sur lui, envahie par l'émotion et tenta de se blottir sur lui. Lilith était étendue sur le sol, ne comprenant pas ce qui se passait. Elle tenta de l’attraper par derrière afin de le prendre et le serrer contre elle, mais elle ne fit que brasser que de l’air. Une fois qu’elle rouvrit les yeux, ainsi que Reiko et Ashcroft, il n’y avait personne. Rien. Ce n’était qu’une illusion créée par leurs désirs. Ce n’était que du vent qu’ils avaient devant les yeux, et de la poussière vint piquer les yeux de Lilith. Il ne reviendrait pas, c’était un fait. Le souvenir de Rain était gravé dans leurs mémoires. Cet homme venu du futur avait changé leurs destinées. Désormais, Lilith en était convaincue, comme ses deux amis : le fils de Seth n'appartenait plus qu'à une seule chose : le passé.

     

    Merci d'avoir lu ma fiction jusqu'au bout. Mais désormais je voudrais vous demander deux choses :

    - De commenter ce chapitre en me faisant part de votre avis général.

    - De répondre à la question suivante, un véritable sondage : souhaitez-vous un ou plusieurs chapitres bonus ?

    Merci.

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires