• Un coup de magie, l'inespérance,
    Me libérant du fardeau, ma malchance ;
    Te voilà, traversant les ans, l'espoir,
    Devant moi, transperçant mes sombres soirs.

    M'arrosant de ta chaleur, moi, sinistre fleur,
    Reprends les couleurs flamboyantes de la joie.
    Je regarde, avec une ardente ardeur,
    Ton visage réchauffant, doux comme la soie !

    Humant l'odeur envoûtante de ta beauté,
    Mes sens se consument dans l'arôme de ta saison
    Ô Printemps, symbole de l'éternelle floraison ;
    Emporte-moi avec toi, dans ce paradis incarné !

    Love, l'alcôve de ton infinie majesté
    Me caresse doucement et me fais rêver.
    Ne cesse jamais, jamais, de m'illuminer,
    Que la force de t'aimer ne cesse de briller.

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires