• ULUS,Chapitre IV

    Happé par les énergies obscures qui m'enveloppaient,je ne pouvais me demander que comment serait le lieu de ma destination. Ce magicien,qui était-il ? Comment me connaissait-il,ainsi que mon ancêtre Alexander ? J'en avais aucune idée,et sans doute serait-il plus sage de ne pas m'y atteler à l'heure actuelle. Toutes ces pensées,toutes ces questions qui tourbillonnaient dans ma tête comme dans un mixeur,allaient bientôt faire place à une vision apocalyptique de l'endroit où j'allais atterrir : une terre entièrement dévastée par la guerre,où pouvaient reposer quelques mille cadavres. C'était dans ce contexte géographique,armé de ma hallebarde sacrée Kusanagi que j'allais me retrouver. L'odeur putride des cadavres était,sans une certaine surprise,presque inexistante. Cette odeur infime me poussa à me poser une question : en quand suis-je ? Ces morts étaient-ils l'oeuvre de la Guerre de la Lune qui a eu lieu il y a plusieurs siècles ? Pour répondre à mes questions,le magicien qui s'était présenté à moi le fit à nouveau,enveloppé de sa longue bure noire.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    « Tu es bien arrivé. C'est rassurant.<o:p></o:p>

    - Qu'attendez-vous de moi ?<o:p></o:p>

    - A l'heure actuelle,tu n'as tout bonnement aucune chance de vaincre le Seigneur Kyo,pas plus que ses 7 Swordmasters. Je vais t'apprendre à te battre de façon à ce que tu puisses les vaincre. Sans ça,tu sais ce qui attend la Terre.<o:p></o:p>

    - ...Où sommes-nous ?<o:p></o:p>

    - 5 ans après la tragédie des Tsukuyomi. La terre étant dévastée,ce lieu constitue un endroit parfait pour notre entraînement. Si je t'ai donné cette hallebarde,ce n'est pas pour que tu brasses du vent à l'aide de ces arts martiaux inutiles. Je vais te le prouver en me battant contre toi. Allez,en garde. »<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Comme il me l'avait demandé,nous nous battions. Je fonçai sur lui avec ma Kusanagi à la main. Quant à lui,il ne disposait que d'un simple katana. Ou pas si simple que ça. Il devia mon coup d'un revers de main placé dans toute la partie destinée au maniement de cette arme,le manche en outre. Il me planta ensuite son sabre en pleine tête,je ne le compris qu'à l'impact. Etrangement,je ne sentis absolument rien mais je sentais mon âme faiblir.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    « Tu es mort une fois. Tu as de la chance,ce monde étant dans le passé,tu ne peux mourir si simplement. Seulement,les coups qui te seront portés affaibliront ton âme au fur et à mesure. Et manque de chance,tu me combats avec mon katana favori,un katana "spirituel". Je te présente la seconde Lame de la Lune : Shinrei. »<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il avait vu juste. Devant moi,un katana grand de 150 cm. Sa lame luisait d'un noir de jais. De plus,celle-ci,de son apparence,m'inspira légèrement la peur,en plus du reflet du crépuscule qui apparaissait sur la lame. Le manche était blanc et sur la garde était gravé une sorte de lune. Je n'eus cependant le temps de voir tout ceci que lorsque je me relevai de la sinistre raclée qu'il m'avait fait subir. Soucieux d'en savoir plus,je réitérai ma démarche,plus prudemment cette fois. Il para mon premier coup,puis mon second,mais je fis en sorte de bloquer le troisième afin de tenter un assaut sur un angle mort. Soudainement,son sabre disparut,et tandis qu'il semblait brandir quelque chose afin de me porter un violent coup vertical,son sabre réapparut et cet assaut me découpa littéralement,et encore une fois,mon âme s'essoufla,impuissante. Comment pouvait-il me briser avec une telle facilité ? Comme s'il n'était pas humain...Mais ce qui ne me tue pas me rend plus puissant. Par conséquent,même si je me relevai assez difficilement,j'avais encore la force de me battre...C'est parti. Cette fois-là,je fus plus concentré que jamais. Les coups fusaient comme les éclairs,mais au fond je sentais que mon opposant s'amusait de moi. Allez,encore un peu...Je maniai mon hallebarde avec une rapidité plus poussée...Encore plus,toujours plus...Et au fond,je sentais un véritable plaisir à me confronter à lui...Ce qui me poussait à repousser mes limites ! Toujours plus,encore plus...<o:p></o:p>

                Au bout d'un moment,je ne sentais même plus mon corps,il bougeait un peu tout seul,comme s'il ne faisait qu'un avec l'hallebarde. Je n'étais plus que spectateur en un sens,et je sentis que la croix qui cicatrisait dans mon dos brûlait,comme cette fois-là,au collège...Mais je m'en rendais compte ! C'était bien la première fois. Mais plus le combat se prolongeait dans des coups plus terribles et plus rapides que jamais,plus je sentais mon corps se remplir d'un plaisir extrême à se servir d'une arme,d'une volonté inébranlable de vaincre...Et tandis que mon âme s'évanouissait de ce combat,mon corps semblait être possédé par un véritable démon ! Je remarquai,une fois ce commentaire fait,que ce mysterieux homme s'essouflait peu à peu,malgré la déconcertante abilité à augmenter le rythme de ses mouvements.<o:p></o:p>

                On ne vit bientôt plus le sabre,et mon corps ayant perdu ce rythme,mon adversaire me découpa une dernière fois avant de cesser le combat. Il mit un genou par terre et s'appuya alors sur son sabre. De mon côté,j'étais étendu au sol. L'être qui se tenait en face de moi disparut alors dans la brume et un autre apparut derrière moi. Contrairement au précédent,je ressentais l'énergie provenir de cet être. Etais-ce pour cela que je n'arrivais pas à me mouvoir correctement si je me réferrais à son aura ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    « Je n'aurais jamais cru que tu puisses arriver à ce stade...<o:p></o:p>

    - Comment ça ?<o:p></o:p>

    - Ta croix dans ton dos...Elle a surpassé tes limites. J'entends par là que tes limites humaines ont été brisées.<o:p></o:p>

    - Ca doit être une bonne chose.<o:p></o:p>

    - Ca ne l'est pas. Ne t'amuse plus à dépasser ce niveau de puissance. Tu l'as certes fait involontairement,mais tu ignores encore ce qui est au fond de toi.<o:p></o:p>

    - Que voulez-vous dire ?<o:p></o:p>

    - Ta croix...Pendant le combat,a brillé intensément. Le souci,c'est que sans que tu le saches,la croix a changé légèrement de forme,et tu as commencé à devenir...un Dieu Démon.<o:p></o:p>

    - Quoi ?! Comment puis-je être un démon ! Je suis un Tsukuyomi !<o:p></o:p>

    - La légende dit bien que l'origine des pouvoirs est à la fois divine et démoniaque...Il n'est pas forcément surprenant de savoir que tu peux devenir un Dieu Démon,même si à ton niveau,si faible à la base,cela ne s'est jamais produit.<o:p></o:p>

    - Comment savez-vous tout ça ?<o:p></o:p>

    - Je me permets de te dire que j'ai entraîné ton père.<o:p></o:p>

    - Alexander...<o:p></o:p>

    - Oui. Mais plus que tout,ton ancêtre a pu dominer toute la puissance de son clan afin de devenir le leader et de sauver toute la planète.<o:p></o:p>

    - ...Les démons sont vraiment de retour,n'est-ce pas ?<o:p></o:p>

    - Exact. Le Seigneur Kyo semble avoir survécu.<o:p></o:p>

    - Je dois suivre les traces d'Alexander. Apprenez-moi tout ce qu'il faut.<o:p></o:p>

    - Tu en es sûr ?<o:p></o:p>

    - Oui.<o:p></o:p>

    - Je savais que tu voudrais suivre ses traces. C'est pour cela que j'accepte de t'entraîner. Pour que tu deviennes suffisamment puissant pour combattre le Seigneur Kyo et ses 7 Swordmasters,et contrôler la part de démon que tu as malencontreusement hérité. Toutefois,c'est une bonne chose. Le démon cherche certes à libérer son pouvoir,mais le fait que tu le possèdes,à l'instar d'Alexander,te permettra de parfaire cet entraînement et d'évoluer plus vite. De cette façon,tu pourras rentrer plus vite chez toi.<o:p></o:p>

    - J'accepte.<o:p></o:p>

    - Bien. Tout d'abord,je vais t'apprendre qu'il existe un style secret d'Arts "Martiaux" baptisé par ton clan le Moon Slayer. Ce Moon Slayer,utilisé par le clan Tsukuyomi,est sans doute le style le plus diversifié et le plus puissant dans tous les aspects du terme,mais aussi le plus occulte. Ce faisant,les démons ignoraient ce style et c'est ce qui provoqua leur défaite.<o:p></o:p>

    - Mais...Si je ne parviens pas à museler ce démon...<o:p></o:p>

    - Tu y arriveras. C'est bien pour cela que je commence par t'enseigner le Moon Slayer. De cette manière,ton corps et ton âme seront assez entraînés pour contenir cette entité. Avant toute chose,sache que tous les styles de combat que tu as appris par le passé seront inutiles. Le Moon Slayer est un style qui sort du réel. Afin de s'y retrouver,plusieurs niveaux ont été mis en place. Je vais tous te les apprendre,ça va de soi. Quoique,le dernier risquerait d'être très dur à apprendre.<o:p></o:p>

    - Qu'importe. Je les apprendrai tous.<o:p></o:p>

    - C'est une bonne chose. Mais tu dois savoir que tout ceci ne sera pas de tout repos. Il te faudra t’entraîner plus qu’il n’en faudrait pour être un 10e dan de Karaté par exemple.<o:p></o:p>

    - Je m’en fous. Je deviendrai l’héritier du Moon Slayer. Je me tuerai à la tâche.<o:p></o:p>

    - Nous nous reposerons. Puis,l’entraînement commencera.<o:p></o:p>

    - Ainsi soit-il »<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le temps passait et au bout de quelques jours,non passés sans quelques séries de pompes et autres exercices physiques,je fus enfin prêt à attaquer cet entraînement infernal. Nous étions dans une sorte de dojo sur un mont imposant qui faisait office de fond lorsque le magicien et moi étions en train de s’affronter. Il m’expliqua toutes les ficelles de cet art nouveau (ou ancien,ça dépend du point de vue),du mouvement de base aux mécanismes compliqués ainsi qu’aux techniques secrètes,tout cela en l’espace de quelques années d’entraînement. Bien entendu,il m’expliqua qu’étant donné que nous étions dans le passé,le présent s’était en quelque sorte figé. De plus,il m’indiqua que le Moon Slayer,de par sa polyvalence,était compatible avec les armes les plus utilisées – katana et hallebardes inclus,cela va de soi - . De cette façon,je pouvais me battre aussi bien à mains nues,dans un style qui ne me déplaît pas,qu’avec une arme blanche et voire même une arme à feu. De cette façon,j’étais préparé à battre les démons.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Dans le présent -<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Elincia Georgus.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Millenium…Une ville qui me manquai,que j’ai quittée il y a bien longtemps. Dire que je dois y remettre les pieds,à cause d’un déménagement. Cela dit,je suis content de retrouver cette ville où le ciel est toujours bleu,dont la mer accueille parfaitement le reflet. Dire que je suis venue ici pour la dernière fois il y a bien cinq longues années. Excusez-moi,j’ai presque oublié de me présenter. Je m’appelle Elincia Georgus. J’ai 17 ans. Je suis en Première S et j’entre maintenant au Lycée Paul Valéry. Une taille moyenne, un petit mètre soixante, une crinière blonde hirsute que j’ai choisi de couper aux épaules pour éviter d’avoir à se battre avec elle tous les matins. Mes yeux noirs de jais contrastent avec ma peau diaphane : je le dois au fait que ma mère soit métisse, et mon père de vieille famille scandinave. Niveau vestimentaire, je porte de tout sauf des robes : rien de mieux qu’une paire de jeans et des Converses, ainsi qu’une chemise et le tour est joué. Je ne sais pas où me situer entre l’originalité et la marginalité. Je vis la tête dans les étoiles, bercée de rêves, où j’espère échapper de temps en temps à la vacuité et la routine de mon train-train quotidien. En règle générale, la jeune fille est assez sociable : on aime son air innocent et naïf au premier abord, et sa personnalité à part entière forgée dans un caractère d’acier par la suite. Souvent trop sûre d’elle, mais sincère et intègre. Fidèle en amitié, elle peut devenir trop possessive de part sa jalousie maladive. Elle est toujours très pressée, et quand elle a une idée en tête, mieux vaut ne pas la contrarier. Je suis née de parents de différentes origines. Ma mère, métisse, est née et a toujours vécu en France où elle a rencontré son époux, venant du Danemark, d’une lignée de médecins dont la renommée a une ampleur importante et où des rumeurs circuleraient à leur sujet. Leur fille unique,autrement dit moi,a grandi dans une ambiance très hétérogène, s’intéressant aux cultures variées qu’elle côtoyait. J’ai dû m’habituer aux pratiques scandinaves de la branche paternelle : tous les aînés de la famille sont dotés d’habilités et facultés à la médecine très prononcées, ce qui m’a poussée très tôt à m’y plonger et développer un pouvoir curatif convenable pour mon âge. Je suis donc une élève de 1°S, n’ayant d’autres choix pour entrer en fac de médecine. Elève brillante partout – désolée si mes chevilles enflent -, je suis de plus très appréciée par les gens de sa classe et j’attire bien des regards de part ma morphologie particulière. <o:p></o:p>

                J’entrai donc au Lycée Paul Valéry une semaine avant le début de ces incidents. Une fois là-bas,je m’intégrai rapidement et m’imposai de la même vitesse aux cours de Biologie,toutes catégories de poids et d’âge confondues. Je me rappelais,en voyant ce ciel bleu,de ce garçon aux allures dépressives qui traînait dans la ville…Tsukuyomi Seth. C’était le seul garçon dont les caractéristiques m’impressionnaient,car je me dois de le dire,il était un élève des plus brillants,même si toutefois il a des lacunes,c’était le cas au collège,lors des cours de Sciences - Physiques. Il était vraiment gentil mais quand il s’est déclaré à moi,je l’ai refusé et j’ignorais ni comment ni pourquoi,je me mis à le rejeter comme les autres. Ainsi,j’ai perdu sa trace. Je me demande bien ce qu’il en est de lui à l’heure actuelle. Dépressif comme il était…Aurait-il pu se suicider ? D’un côté,je n’espérais pas mais il faut dire que cette option,qui collait bien avec sa personnalité,n’était pas à écarter.<o:p></o:p>

                A la fin des cours,je pris le bus pour rentrer dans mon quartier. Cependant,tandis que je rentrais chez moi,en toute tranquillité,plusieurs sacs de viandes putrides et difformes se présentèrent devant moi. Effrayée par leurs formes,il s’avérait en plus de cela que ces morceaux de chair étaient des démons assoiffés de sang. Alors qu’ils se lançaient à l’assaut,leurs têtes se firent embrocher par une sorte de lance,qui se planta dans le mur. Ce n’était pas une lance…On aurait dit une de ces armes chinoises utilisées à l’époque d’Edo – ancien nom de Tokyo,Japon -. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    « Qui…Qui est là ?<o:p></o:p>

    - Allons,allons…Attaquer une jeune fille sans défense…Ils font vraiment n’importe quoi.<o:p></o:p>

    C’est alors qu’un homme vêtu de noir se présenta devant moi. Il était grand,les cheveux longs et sombres,un regard d’un bleu glacial. Sa présence était véritablement imposante,et même s’il me sauva la vie,j’avais peur de lui. Soudain,il tourna sa tête vers moi. Son visage semblait,malgré son regard,pur et doux. Son sourire était agréable à regarder. Il se passait une heure,selon moi,à regarder cet homme. En fait,il ne se passait que dix secondes,mais diable ce qu’elles étaient longues…<o:p></o:p>

    - Vous allez bien ? dit-il d’une voix charmante. Mais pourquoi avais-je l’impression d’avoir déjà entendu une telle voix ?<o:p></o:p>

    - Euh,oui…<o:p></o:p>

    - Bien. T’as eu de la chance que je sois là. Hé…Mais…<o:p></o:p>

    - Oui ?<o:p></o:p>

    - Je…Je dois y aller.<o:p></o:p>

    - Attendez ! »<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mais il était déjà parti. Ses yeux,son sourire,sa manière de parler,tout m’évoquait quelque chose…Mais quoi ? De toute façon,je pense que je le reverrai,un jour où l’autre.<o:p></o:p>


  • Commentaires

    1
    Hélène-la-folledingu
    Mercredi 8 Avril 2009 à 23:58
    Ca va te para?e fou, mais le continue ?dh?r :p
    Autant certaines de tes fics me saoulaient, autant l?e lis avec plaisir. C'est bien d?ill?notamment les combats, et c'est agr?le ?uivre.
    Bref, je t'encourage, go =)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :